Espace consultant

Identifiez-vous

Connexion

Actualités

Accueil : L'actualité du portage et d'ALTER&CO > Portage salarial ou auto-entrepreneuriat ?

Image

7 mai 2015

Portage salarial ou auto-entrepreneuriat ?

Il existe plusieurs façons d’exercer une activité professionnelle et de valoriser son expertise lorsque l’on quitte une entreprise et un poste de salariat classique.

Certains décident alors de se créer en auto-entrepreneur tandis que d’autres font le choix de se tourner vers la réalisation de missions en portage salarial.

 

Quels sont les différences entre ces deux approches et les intérêts de chacune ?

Quelle est la solution dans laquelle vous vous sentirez le plus à l’aise, qui correspondrait le plus à vos envies et vers laquelle vous pourriez vous orienter ?

Cet article synthétise les différences entre ces deux concepts.

 

 

 Portage salarial

 

Auto-entrepreneuriat

 

Statut et rémunération

Statut salarié. Le consultant porté perçoit un salaire.

Entrepreneur indépendant, soumis à la protection sociale des indépendants. Il perçoit un chiffre d’affaires, une fois assuré le versement des charges sociales.

Avantages sociaux

Le recours au portage salarial permet aux consultants portés de bénéficier de tous les avantages du salariat (droit au chômage, à la formation, cotisation aux organismes sociaux…) Les salariés portés sont également couverts par une assurance RCP (Responsabilité Civile et Professionnelle).

L'auto-entrepreneur doit prendre une assurance RCP individuelle. Son statut d’indépendant ne lui ouvre pas droit au chômage, ni à la formation (s’il souhaite y avoir accès, l’auto-entrepreneur doit alors verser une contribution à la formation professionnelle).

Accompagnement

La société de portage salarial décharge le consultant de la gestion comptable, juridique et administratives de ses missions afin qu’il puisse se concentrer sur le déploiement de son activité.

La société de portage salarial recouvre également les impayés des clients de ses consultants, propose des formations à ses derniers et favorise leur mise en réseau.

La gestion administrative, comptable, juridique ainsi que les dépenses et frais liés à la promotion et au développement de son activité sont à la charge de l’auto-entrepreneur.

Suivi d’activité

Pas de limite de facturation.

Le portage salarial est réservé aux prestations dites intellectuelles.

L’auto-entrepreneur doit prévoir un compte bancaire spécifique dédié aux transactions relatives à son activité.

Par ailleurs, les seuils de chiffres d’affaires d'un auto-entrepreneur sont limités à 32 900€ pour des prestations de services et à 82 200€ pour la vente de biens et des prestations d’hébergement. En cas de dépassement de ces paliers, il devient soumis au régime réel d’imposition, et donc à la TVA.

  

En résumé, ces deux formes d’emploi se différencient sur bien des aspects.

Néanmoins, elles se rapprochent sur certaines caractéristiques intrinsèques : toutes les deux constituent une solution pour tester un projet et permettent aux professionnelles de gérer leur emploi du temps et les clients qu’ils prospectent.

A noter également qu'il vous est tout à faire possible de cumuler ces deux statuts, et donc de créer votre activité d'auto-entrepreneur tout en menant, en parallèle, des missions en portage salarial.

Pour plus d'informations sur le portage salarial, participez à nos réunions d'informations ou contactez-nous !

 

Actualités